Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

Popaul.

 

Dessin Pigeat
Extr. de : Excelsior, 25.12.1928
 

 

 

BNF Gallica

 

Popaul

  opérette en 3 actes
Texte LOYSEL (Jean) (Livret)
Musique LOYSEL (Jean)
Représentations
Représentations à Paris jusqu'en 1944 39 jours
Comédie Caumartin 20/12/1928 - 27/01/1929 39 Création
Distribution à la création
M. ETCHEPARE (Pierre) Popaul
M. CARLOFF (Pierre) Paul Dupont Durand
M. JACQUES (Gabriel) Anselme Dupont Durand
Mme CERDAN (Simone) Moune, mannequin
Mme ROUVIÈRE (Simone) Monique
Mme MARY-HETT Opportune Dumont
Mme BASSET (Gaby) Kiki, arpète
Mme FUSIER-GIR (Jeanne) Mme Eaton
M. LASTRY (Geo) Le Détective

chorégraphie ZENGA (Georges)
décors BOLL (André)
direction musicale GARCIAS (Martin)
mise en scène GEORGÉ (Ernest)

Jean Loysel étant plutôt parolier que musicien, il est vraisemblable qu'il n'ait pas composé complètement seul cette partition. Une collaboration de Martin Garcias, chef d'orchestre au théâtre et éditeur de la réduction chant et piano n'est pas à exclure !

L'Histoire
Résumé de la pièce

× Anselme Dupont-Durand, millionnaire, a quitté la France depuis 25 ans. Il a câblé à son neveu Paul pour le sommer d'épouser Monique Dupuy-Dumont. Afin de mieux connaître le caractère de celle qui lui est destinée, le jeune homme décide Popaul, qui fut autrefois son ordonnance, à prendre son nom et à se présenter à la jeune fille comme le futur époux d'icelle. Monique a eu une idée analogue. Elle se fait engager comme mannequin dans la maison de couture où Paul Dunont-Durand travaille comme dessinateur. Une irrésistible attirance guide les deux jeunes gens l'un vers l'autre. Ils s'épouseront donc au troisième acte à la satisfaction de tous. Popaul sera délivré de la jeune fille et pourra accepter les faveurs d'une aimable courtisane entretenue par l'oncle Dupont-Durand, revenu à Paris sous un nom d'emprunt. La tante de Monique et l'oncle de Paul, qui furent autrefois fiancés - et même davantage - se retrouveront avec une ardeur que 25 ans d'absence n'ont pu diminuer.

[Extrait de "Comoedia", 22 décembre 1928]

Critiques et articles de presse
Comoedia 20/12/1928 Article.
Excelsior 20/12/1928 Avant-première.
Comoedia 22/12/1928 Article.
L'Echo de Paris 22/12/1928 Critique par Franc-Nohain .
Le Gaulois 23/12/1928 Critique par Louis Schneider.
La Presse 24/12/1928 Article par Paul Achard.
Excelsior 25/12/1928 Le Théâtre et la mode. Article par Marcy Ducray.
La Semaine de Paris 28/12/1928 Critique par Auguste Villeroy.
Le Ménestrel 04/01/1929 Critique par M. Pitoy.
Journal amusant 06/01/1929 Critique par René Nazelles.
Editions imprimées

(chant-piano sauf mention contraire)

Editeur : Choudens, 1929

Partition complète (129 p.)
Chanson de l'orang outang


Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs