Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

Le Tzaréwitch. Affiche

 

Dessin Chancel
 

 

 

Le Tzaréwitch. Partition complète (24 x 32 cm)

 

Dessin Chancel
 

 

 

Coll. Jacques Gana

Le Tzaréwitch. Recueil chant piano. Edition originale Drei Masken

 

Dessin Willy Herzig (1894-1978)
 

 

 

Internet

Le Tzaréwitch. Air détaché, édition originale allemande

 

Dessin Willy Herzig (1894-1978)
 

 

 

Coll. "Images musicales"

Le Tzaréwitch. Fanély Revoil

 

Caricature M Cam (Maurice Camugli, 1901-1974)
Extr. de : Le Matin, 31.01.1935
 

 

 

BNF Gallica

Le Tzaréwitch. Partition complète allemande

 

Dessin Willy Herzig (1894-1978)
 

 

 

Internet

Le Tzaréwitch. Simone Lencret et Boucot

 

Photo Piaz
Extr. de : Le Monde illustré, 09.02.1935
 

 

 

BNF Gallica

 

Le Tzaréwitch

 
ou Rêve d'un soir
 
(trad. de Die Zarewitsch)
  Opérette en 3 actes
Texte JENBACH (Bela) (Livret)
REICHERT (Heinz) (Livret)
MACKIELS (Robert de) (Adaptation française)
BERTAL-MAUBON (Adaptation française)
Musique LEHAR (Franz)
Représentations
Création mondiale (VO) Berlin (Allemagne) Deutsches Künstlertheater   16/02/1927
Création en France
(ou en langue française)
Lyon Célestins   16/04/1929
Représentations à Paris jusqu'en 1944 27 jours
Porte Saint Martin 30/01/1935 - 25/02/1935 P 27 Création
Distribution à la création
M. BOURDIN (Roger) Sacha
M. BOUCOT (Louis) Iwan
M. BERLIOZ (Jacques) Le Grand Duc
M. CASTEL (Edmond) Bardolo
Mme REVOIL (Fanély) Sonia
Mme LENCRET (Simone) Macha
Mme FLEURY (Violette) Lina

chorégraphie VELTCHEK (Vaslav)
direction musicale CHANTRIER (Albert)

Programme
1929 Célestins, Lyon (création française)
Coll. Th. des Célestins
1934 Porte Saint Martin
Coll. Jacques Gana
1943 Célestins, Lyon (reprise)
Coll. Th. des Célestins

La version créée à Paris en 1935 porte le titre "Rêve d'un soir"

L'Histoire
Résumé de la pièce

× Acte I
Le jeune Tzarévitch (le fils du Tsar de Russie), le jeune Alexeï, se nourrit d'idéaux ascétiques et se tient à l'écart des femmes. Cela préoccupe le Premier Ministre, car le jeune prince devra prochainement trouver à se marier. Il faudrait donc lui trouver une amourette, pour le dégrossir quelque peu et le préparer au mariage. On choisit la danseuse de ballet Sonia qui, sous l'uniforme tcherkesse, a exécuté des exercices de gymnastique qui ont retenu l'attention du prince. Ce dernier a tôt fait de reconnaître - avec indignation - qu'il a une femme devant lui. Il veut la chasser, mais y renonce finalement, devant les fâcheuses conséquences que cela peut avoir pour elle. Elle restera, mais ils ne seront que des camarades ; cela écartera d'autres relations féminines !

Acte II
Tout le monde croit Sonia la maîtresse du Tzarévitch. Mais l'homme propose et Dieu dispose.
Entre les deux jeunes gens est née une glande passion. Or voici qu'on annonce l'arrivée de la fiancée officielle d'Alexeï. Son oncle, le grand duc, décide de séparer les deux amoureux, et parvient à convaincre Sonia d'éclairer le prince sur un soi-disant passé douteux de la jeune fille. Mais devant la colère de celui-ci, elle ne résiste pas et avoue avoir été contrainte à ces pseudo-révélations par le grand duc. Les amoureux fuient vers le sud de l'Europe.

Acte III
Tous les deux filent le parfait amour à Naples. Mais leur cachette est découverte et le grand duc vient plaider la cause de la dynastie devant le prince qui ne veut pas en entendre parIer. C'est Sonia qui comprend et qui décide de s'effacer, dans l'intérêt supérieur du pays. Une dépêche qui annonce la mort du tzar régnant, vient apporter le dernier coup. Le prince doit partir. La gorge serrée, il embrasse Sonia pour la dernière fois. Il part et elle s'écroule.

VERSION 2
Dans le palais de son père, l’Empereur de Ruthénie, Sacha, le Prince héritier mène une vie retirée et solitaire, à la suite de déceptions amoureuses. Il est jeune et ardent, mais il a peur de l’amour à cause des souffrances qu’il prévoit. Il voudrait être assuré d’être aimé pour lui seul et en dehors de tout autre motif que lui-même.
A la Cour, on s’inquiète de cette attitude, d’autant qu’on projette pour le Prince un mariage avec la Princesse d’un pays voisin. La « raison d’Etat » rend nécessaire ce mariage, mais le Ministre-Président voudrait bien qu’avant de se marier son futur maître ait au moins une aventure.
Or, justement ce soir, le Prince par extraordinaire, a accepté d’assister à une représentation où paraissaient des danseurs merveilleux. Il a pris plaisir à les voir et le Ministre fait venir après le spectacle le plus jeune et le plus adroit de ces danseurs dans l’appartement du Prince pour lui donner une représentation privée où il répétera pour l’Altesse ses danses et ses tours.
Resté seul avec le jeune artiste, le Prince s’aperçoit vite que c’est une femme déguisée. Il veut la chasser, mais la jeune fille sait se montrer tour à tour si charmante, si enjouée et si tendre que le Prince se laisse attendrir. Il a besoin de compagnie. Il accepte même que Sonia revienne.
Cette camaraderie, au bout de quelque temps, finit par devenir de l’amour de part et d’autre, si bien qu’à la Cour on s’inquiète de cette passion qu’on ne prévoyait pas et cela au moment où le mariage princier devient imminent dans l’intérêt du pays. Le Grand-Duc, oncle du Prince, le fait comprendre à Sonia, désespérée, et lui dit qu’elle doit partir. Brave homme au fond, il a pitié de sa douleur et admet qu’elle pourra rester provisoirement à condition qu’elle laisse entendre au Prince qu’elle a déjà eu des aventures
avant lui, afin qu’il ne se fasse pas d’illusions sur elle. La pauvre petite danseuse accepte, le cœur brisé.
Et comme le Prince se refuse à épouser sa fiancée princière et même à la connaître, le Grand-Duc l’informe que celle qu’il aime n’est pas digne de lui et que ce n’est plus une jeune fille intacte et pure.
Désespéré, le Prince accuse et insulte Sonia. Celle-ci alors lui jure qu’on lui a menti et qu’elle n’a fait que dire Ce qu’on lui commandait pour ne pas le perdre. Mais elle n’aime que lui, ne sera qu’à lui. Fou d’amour et prêt à tout pour elle, le Prince la serre contre son cœur. Ils vont fuir pour pouvoir goûter ensemble ce bonheur qu’on leur refuse.
Les amants se sont réfugiés près de Naples dans un site enchanteur, mais leur bonheur ne sera que de courte durée... Ce sera le « Rêve d’un Soir »... L’Empereur se meurt et le Grand-Duc, entouré des officiers du régiment du Prince, vient rappeler celui-ci à son devoir.
Et comme Sacha refuse encore, déclarant qu’il a décidé de renoncer au trône afin d’épouser celle qu’il aime, c’est aux sentiments de Sonia, à son patriotisme, à sa grandeur d’âme que le Grand-Duc fait appel.
L’amoureuse comprend qu’au-dessus de leur amour il est encore une foi plus haute, la croyance de millions d’êtres en celui qui doit la quitter pour aller là où son devoir l’appelle. Elle est la première à adjurer le Prince de partir et à l’abandonner. Elle s’incline avec respect devant celui qui, pour elle aussi, devient l’Empereur et s’en va désespérée, mais soutenue par la grandeur du sacrifice accompli. Toute sa vie sera illuminée par ce « Rêve d’un Soir ».

[d'après le programme original, Paris 1935]

Critiques et articles de presse
L'Illustration Critique.
Comoedia 20/04/1929 Création à Lyon (avril 1929). Article.
Excelsior 26/01/1935 Avant-première.
Comoedia 28/01/1935 Article.
Le Matin 31/01/1935 Critique par Jean Prudhomme.
La Presse 01/02/1935 Article par Charles Cuvillier.
Paris Soir 01/02/1935 Critique par Pierre-Octave Ferroud.
Comoedia 01/02/1935 Article.
(suite)
Excelsior 02/02/1935 Critique par Emile Vuillermoz.
L'Echo de Paris 04/02/1935 Critique par Adolphe Boschot.
Le Figaro 06/02/1935 Article par Reynaldo Hahn.
Cinémonde 07/02/1935 Critique.
Le Ménestrel 08/02/1935 Critique par Roger Vinteuil.
La Semaine de Paris 08/02/1935 Critique par Louis-Jean Finot.
Le Monde illustré 09/02/1935 Critique par Henry de Forge.
Larousse mensuel 01/03/1935 Critique.
Editions imprimées

(chant-piano sauf mention contraire)

Editeur : Max Eschig, 1929

Partition complète (108 + XXIX p.)
Ah ! Quel plaisir d'être papa
Chanson de la Volga
Est-ce un beau songe ?
Napolitana
Reste auprès de moi
Veux-tu ?
Livret (221 p.) 1925

Version filmée, TV, vidéo

Version filmée (1933), sous le titre "Son altesse impériale". 1933
(Sortie le 24 novembre 1933).

Avec :
Germaine Aussey (La princesse Dorothéa), Denis (Pitchoun), Maurice Escande (Le comte Symoff), Marie Glory (Monique), Paul Heidemann, Gaston Jacquet (Le grand-duc), Félix Oudart (Le général), Charles Redgie (Le capitaine Gorsky), George Rigaud (Le prince Boris), Claude Rivory (Tortorino), Marguerite Templey (Le chaperon)

Réalisation Jean Bernard-Derosne et Victor Janson.

Enregistrements après 1945,
disques et radio, documents
Diffusions radio RDF/RTF/ORTF
Date inconnue
Avec : Legay (Henri), Doniat (Aimé), Dachary (Lina), Collart (Claudine) - Dir. Sibert (Adolphe)
28/08/1955
Avec : Riedinger (Colette), Collart (Claudine), Sansonnetti (Marcelle), Felder (Linda), Clément (Willy), Berlioz (Jacques), Porterat (Maurice), Mollien (Jean), Rey (Gaston), Smith (René), Pruvost (Jacques), Genio - Dir. Gressier (Jules)
17/11/1957
Avec : Clément (Willy), Quertant (Fernand), Porterat (Maurice), Mollien (Jean), Rey (Gaston), Moryn (Gilbert), Pruvost (Jacques), Genio, Linval (Monique), Collart (Claudine), Sansonnetti (Marcelle) - Dir. Gressier (Jules)
31/08/1958
Avec : Clément (Willy), Quertant (Fernand), Porterat (Maurice), Rey (Gaston), Linval (Monique), Collart (Claudine), Sansonnetti (Marcelle) - Dir. Cariven (Marcel)
25/10/1959
Avec : Clément (Willy), Linval (Monique)
05/06/1960
Avec : Clément (Willy), Linval (Monique), Collart (Claudine)
19/11/1961
Avec : Clément (Willy), Linval (Monique), Collart (Claudine)
23/09/1965
Avec : Dachary (Lina), Collart (Claudine), Legay (Henri), Doniat (Aimé) - Dir. Sibert (Adolphe)
01/07/1973
Avec : Corazza (Rémy), Andreozzi (Robert), Demigny (Bernard), Lenoty (René), Mollien (Jean), Provins (Jacques), Peyron (Joseph), Tharande (Jacques), Gilet (Jacques), Fauché (Michel), Dachary (Lina), Stiot (Monique), Hennetier (Huguette), Felder (Linda), Vallier (Régine), Marier (Jacqueline) - Dir. Sibert (Adolphe)
Cliquez pour lire le document Enregistrement intégral RTF
RTF Radio Lyrique, 28 août 1955
1955

Enregistrements 78T/mn
Par les créateurs au théâtre
Chant de la Volga / BOURDIN (Roger) (chant)
ODEON 166887 (1935)

 / 
Est-ce un beau songe ? / REVOIL (Fanély) (chant)
CRISTAL 5954 (1935) - Coll. Jacques Gana
Veux-tu ? / BOURDIN (Roger) (chant)
ODEON 166887 (1935)
Par des interprètes n'ayant pas participé à la création

 / 
Ah ! Quel plaisir d'être papa / DAJOS BELA (orchestre)
ODEON 238085 (1930) - Coll. David Silvestre
Chant de la Volga / CARRIO (André) (chant)
EDISON BELL Win F 3835 (1935)
Chant de la Volga / GENIO (Marcel) (chant)
CRISTAL 5954 (1935)
Chant de la Volga / GERBERT (René) (chant)
PATHE X 2228 (1930)
Chant de la Volga / GOAVEC (André) (chant)
POLYDOR 521604 (1930)
Chant de la Volga / JANSON (José) (chant)
PATHE PA 1543 (1938)
Chant de la Volga / WITTRISCH (Marcel) (chant)
ULTRAPHONE FP 1293 (1935)
Chant du Volga / TAUBER (Richard) (chant)
ODEON 123032 (1930)
Chanté en allemand
Chant du Volga / VOELKER (F.) (chant)
POLYDOR 19970 (1930)
Chanté en allemand
Est-ce un beau rêve ? / RUCCARD (Arlette) (chant)
POLYDOR 521913 (1931)
Fantaisie / LORAND (Edith) (orchestre)
PARLOPHONE 52046 (1930)
Fantaisie / XXX (Orchestre anonyme) (orchestre symphonique)
POLYDOR 19678 (1930)

 / 
Fantaisie (2 faces) / DAJOS BELA (orchestre)
ODEON 170116 (1930) - Coll. Hervé David
Hab nur dich allein / VACONTI (C.), TAUBER (Richard) (chant)
ODEON 123036 (1930)
Chanté en allemand
Io non ho che te / AGNOLETTI (chant)
EDISON BELL Rad M 30 (1930)
Chanté en italien

 / 
Là-bas / JANSON (José) (chant)
PATHE PA 1543 (1938) - Coll. Jacques Gana
acc. orch. dir. Marcel Cariven
Napolitaine / GERBERT (René) (chant)
PATHE X 2228 (1930)
Napolitaine / GESKY (chant)
GRAMOPHONE K 5635 (1930)

 / 
Napolitaine / DAJOS BELA (orchestre)
ODEON 166122 (1930) - Coll. Jacques Gana
Napolitaine / DOBBRI (orchestre)
PARLOPHONE 22671 (1930)
Napolitana / PLANEL (Jean) (chant)
PATHE PA 505 (1935)
Pot pourri / ROOS (Emile) (orchestre)
CRISTAL 5625 (1933)
Reste auprès de moi / CARRIO (André) (chant)
EDISON BELL Win F 3835 (1935)
Reste auprès de moi / CHASTENET (E.) (chant)
POLYDOR 512305 (1935)

 / 
Reste auprès de moi / GENIO (Marcel) (chant)
GRAMOPHONE K 7457 (1935) - Coll. Jacques Gana
acc. orch. dir. Edouard Bervily
Reste auprès de moi / GREGOIRE (chant)
IDEAL 12120 (1933)
Sai dir perché / AGNOLETTI (chant)
EDISON BELL Rad M 30 (1930)
Chanté en italien
Sonia Sonia / AGNOLETTI (chant)
EDISON BELL Rad M 35 (1930)
Chanté en italien
Verso l'amore / AGNOLETTI (chant)
EDISON BELL Rad M 35 (1930)
Chanté en italien
Veux-tu ? / CHASTENET (E.) (chant)
POLYDOR 512305 (1935)
Veux-tu ? / GOAVEC (André) (chant)
POLYDOR 521604 (1930)
Veux-tu ? / GREGOIRE (chant)
IDEAL 12120 (1932)
Veux-tu ? / PLANEL (Jean) (chant)
PATHE PA 505 (1935)
Veux-tu ? / TAUBER (Richard) (chant)
ODEON 123032 (1930)
Chanté en allemand
Veux-tu ? / DAJOS BELA (orchestre)
ODEON 238085 (1930)
Veux-tu ? / DOBBRI (orchestre)
PARLOPHONE 22671 (1930)
Warum hat jeder Frühling / VACONTI (C.), TAUBER (Richard) (chant)
ODEON 123036 (1930)
Chanté en allemand

Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs