Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

Le Coq a chanté. Partition complète

 

Dessin Georges Dola (Edmond Vernier, 1872-1950)
 

 

 

Coll. Jacques Gana

Le Coq a chanté. Michel Carré

 

Photo Jules Sabourin
Extr. de : Comoedia, 05.09.1921
 

 

 

BNF Gallica

Le Coq a chanté. Jane Montange

 

Photo Henri Manuel
Extr. de : Comoedia, 05.09.1921
 

 

 

BNF Gallica

Le Coq a chanté.

 

Photo Henri Manuel
Extr. de : Comoedia, 07.09.1921
 

 

 

BNF Gallica

Le Coq a chanté.

 

Photo Henri Manuel
Extr. de : Comoedia, 07.09.1921
 

 

 

BNF Gallica

Le Coq a chanté.

 

Photo Henri Manuel
Extr. de : Comoedia, 07.09.1921
 

 

 

BNF Gallica

Le Coq a chanté.

 

Photo Henri Manuel
Extr. de : Comoedia, 07.09.1921
 

 

 

BNF Gallica

 

Le Coq a chanté

  opérette en 3 actes
Texte CARRÉ fils (Michel) (Livret)
Musique RIOUX (Jean)
MOLINETTI (Bienvenu) (Orchestration)
Représentations
Création Marseille Grand Casino   04/05/1921
Représentations à Paris jusqu'en 1944 25 jours
Gaîté Lyrique 06/09/1921 - 30/09/1921 P 25 Création
Distribution à la création
M. CARUSO (Franz) François de Gerny
M. GIRIER Baron Lefresnoy
M. JULLIEN (Henry) Guy de Montbrun, Alfonso Escobar y Morena d'Aqua-Tinto, Sosthène
M. DÉTOURS Durandet
M. DUBOSQ (Lucien) De Maugiron
Mme MONTANGE (Jane) Arlette de Vaufrèges, Mercédès Loïsa, La Païva
Mme TOINON Arthémise, Baronne Lefresnoy
Mme RAYMOND (Jane) Armande de Montbrun
Mme VARIGNY (Gina) L'Amour

chorégraphie BOURDEL (M.)
direction musicale MOLINETTI (Bienvenu)
mise en scène DUBOIS (Gabriel)

Programme
1921 Gaîté Lyrique
Coll. Jacques Gana

Les airs détachés ont été publiés en 1921 aux éditions de La Sirène.
Le nom de l'orchestrateur Bienvenu Molinetti, ancien chef de l'Opéra de Marseille, n'apparaît nulle part, l'information est issue d'une lettre de Michel Carré publiée par Comoedia le 16 février 1924.

L'Histoire
Résumé de la pièce

× La scène se passe à Paris sous le second Empire

Le baron Lefresnoy annonce au jeune et poseur François de Gerny que l’Empereur veut le marier à la petite Arlette de Vaufrèges ingénue genre enfant terrible.

Arlette et François se rencontrent, se voient, se plaisent sans se le dire et font un pari : que François ne fera la cour à aucune femme avant le lendemain minuit. Arlette aidée de son cousin Guy se déguise et va tout tenter pour que François perde son pari.

Le baron Lefresnoy donne une grande soirée pendant laquelle, suivant la mode de l’époque, on assiste à un défilé de couples déguisés. C’est d’abord un couple espagnol qui entre en dansant : puis ensuite la célèbre et belle Païva, dont l’hotel était situé aux Champs Elysées là où se trouve actuellement le Traveller's Club. La Païva, qui était une grande courtisane, avec le concours du Corps de ballet, mène une grande scène mythologique : le bain de Diane. François reste seul d’abord avec l’Espagnole puis avec la Païva. Emporte par son besoin de paraître, il leur fait la cour à toutes les deux en termes brûlants, si brûlants que Arlette, (car c’est à elle qu’il s’adresse sans la reconnaître sous son déguisement) sent son cœur s’émouvoir. Mais François était l’ami très cher de la baronne Lefresnoy qui se voyant délaissée, lui fait une terrible scène et ensuite exhale son chagrin dans une romance qu'elle accompagne sur la harpe.

Son mari la console de son mieux.

Mais tout s'arrange et lorsque le Chambellan Monsieur Le Fresnoy vient prendre leur réponse il trouve Arlette et François amoureusement enlacés.

[d'après le programme original]

Critiques et articles de presse
Comoedia 05/09/1921 Avant-première par Jules Delini.
Le Figaro 07/09/1921 Critique par Antoine Banès.
La Presse 07/09/1921 Article par Intérim.
Excelsior 07/09/1921 Critique par Gaston Lebel.
Comoedia 07/09/1921 Critique par Louis Laloy / Armory.
(suite)
Le Gaulois 09/09/1921 Critique par Louis Schneider.
Le Ménestrel 16/09/1921 Critique par Pierre de Lapommeraye.
La Rampe 17/09/1921 Critique par G. de Laplane.
Editions imprimées

(chant-piano sauf mention contraire)

Editeur : Max Eschig, 1928

Partition complète (147 p.)
Berceuse 1921
Je rêve d'un amour 1921
Valse lente (danse) (piano seul) 1921
Livret (192 p.) 1921


Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs