Accueil     Présentation     Liens     Remerciements     Actualité du site     Contact  
  Oeuvres     Auteurs     Compositeurs     Interprètes     Techniciens     Editeurs     Théâtres     Chronologie     Documents     SACD    
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

Malvina. Représentation

 

Photo
 

 

 

Malvina. Partition complète

 

Dessin
 

 

 

Coll. Jacques Gana

Malvina. Renée Camia

 

Caricature M Cam (Maurice Camugli, 1901-1974)
Extr. de : Le Matin, 24.03.1935
 

 

 

BNF Gallica

Malvina. Renée Camia, Robert Allard

 

Photo
Extr. de : Comoedia, 25.03.1935
 

 

 

BNF Gallica

Malvina. Reprise à l'Opéra Comique (juillet 1945)

 

Photo Harcourt
Extr. de : Opéra, 25.07.1945
 

 

 

BNF Gallica

Malvina.

 

Photo Gaston et Lucien Manuel
Extr. de : Excelsior, 23.03.1935
 

 

 

BNF Gallica

 

Malvina

  opérette en 3 actes et 4 tableaux
Texte DONNAY (Maurice) (Livret)
DUVERNOIS (Henri) (Livret)
Musique HAHN (Reynaldo)
Représentations
Représentations à Paris jusqu'en 1944 27 jours
Gaîté Lyrique 23/03/1935 - 18/04/1935 P 27 Création
Distribution à la création
M. BOURDIN (Roger) Jules (Valérien Désormeaux)
M. ALLARD (Robert) Arthur
M. CARPENTIER (Marcel) Mr Chocard
M. DESCOMBES (Henri) Mr de Balzac
M. MAQUAIRE (Paul) Le gamin
Mme CAMIA (Renée) Malvina
Mme THIBAULT (Marguerite) Adèle
Mme CLASIS (Charlotte) Madame Chocard
Mme DELIMOGES (Blanche) Madame de Rigaldier
Mme VANDER (Gina) Léocadie
Mme MURIEL (Mary) Caroline
Mme DARCY (Yvette) Irma
M. LASTRY (Geo) Le Garde national

chorégraphie GONTCHAROWA (Hélène)
costumes (maquettes) CARRÉ (Jenny)
décors NUMA
décors DESHAYS (Raymond)
décors (maquettes) OCHSÉ (Fernand)
direction musicale GRESSIER (Jules)
mise en scène BRAVARD (Georges)

Programme
1935 Gaîté Lyrique
Coll. Jacques Gana

Cette pièce est une version étendue du premier tableau de "Une revue" (1926)
Au même moment, Reynaldo Hahn donnait à l'Opéra de Paris "Le Marchand de Venise", d'après Shakespeare. Le succès modeste de Malvina tient peut-être à cela !

L'Histoire
Résumé de la pièce

× Les auteurs ont redonné vie à ce type du bourgeois de chez nous que le dix-neuvième siècle - si décrié et tant vivant - haussa jusqu’au prudhommesque et benoit comique, à ce bourgeois français exalté et prudent, cerveau bouillonnant sous le toupet frisé, tout à la fois cocardier et pantouflard, qui se battait pour ses idées, mais, craignant de gâter son tromblon, n’oubliait pas son parapluie.

Tel nous apparaît, dans le cadre des « Trois Glorieuses », ce Monsieur Chocard, digne ancêtre du Français moyen, paterne tyran familial, aunant minutieusement son drap dans sa boutique, et tout soudain, courant aux barricades, combattre pour la liberté. Cet honnête commerçant est l’époux d’une sage compagne qu’il a jadis épousée par amour, après l’avoir bel et bien enlevée à la barbe de son père. De cette union, deux filles sont nées. Or, en elles, se retrouve le caractère de leur père, mais dissocié : Adèle a hérité de son sens pratique, Malvina de son enthousiasme ; l'ume ne rêve que commerce et l’autre que romances. Déplorable vendeuse que cette Malvina : n’offre-t-elle pas à M. de Balzac de ne point payer le châle qu’il vient choisir « A la Dame du Lac » sous prétexte qu’il est écrivain ?

A ces deux jouvencelles, sont destinés deux compères : le consciencieux Arthur et Jules le distrait, commis du magasin. Bien entendu, une feinte trompera d’abord les esprits : tous deux brûlent pour Malvina. Il faudra que l’émeute et la poudre grondant, que les flèches de la jalousie et les balles des royalistes blessent tour à four Malvina et son Jules que celui-ci révèle à la faveur de l’émotion, sa véritable identité de compositeur célèbre, qu’il enlève enfin Malvina au cours d’une partie de campagne, pour que Monsieur Chocard consente à ce déraisonnable hymen et qu’Arthur découvre en Adèle son âme sœur et future moitié.

[Extrait de "Comoedia", 25 mars 1935]

Nous sommes le 27 juillet 1830 dans les magasins de la Dame du Lac (modes et frivolités) rue de la Harpe. Les vendeuses travaillent avec distraction, car la rue est en effervescence. La Révolution commence. Le magasin est dirigé par M. et Mme Chocard. Ils ont deux filles, Malvina, rêveuse et romantique, Adèle, disciplinée et bonne commerçante ; deux employés : M. Artur, modèle des commis, et M. Jules, plus fantaisiste et un peu mystérieux.
Adèle est secrètement éprise de M. Arthur, mais celui-ci demande la main de Malvina et M. Chocard la lui accorde car il désire voir auprès de sa fille un époux raisonnable.
Au dehors, on commence à se battre. Une aristocrate, Mme de Rigaldier, suivie de sa fille Léocadie, se réfugie dans la boutique. Un gros homme entre en trombe pour acheter un châle des Indes. Malvina le sert et s’évanouit quand le client donne son nom : Honoré
de Balzac. M. de Balzac, ravi d’avoir produit une telle impression, embrasse la jolie vendeuse et il sort après lui avoir prédit qu’elle sera la femme d’un grand artiste. Aussi quand Arthur s’avise de lui faire sa déclaration, elle lui rit au nez. Après quoi, le séduisant M. Jules décline son identité. Il s’est fait engager, pour l’amour d’elle à la Dame du Lac ; c’est un compositeur de musique déjà célèbre : Valérien Désormeaux, dont la romance « Connaissez-vous celui que j’aime ? » est sur toutes les bouches. L’idylle commence. Mais Malvina est jalouse de Mme de Rigaldier auprès de qui Valérien s’empresse un peu trop.
Le deuxième acte nous mène dans la rue, devant la Dame du Lac. Malvina déclare à Arthur qu’elle n’appartiendra jamais qu’à un héros. Les événements se précipitent. Valérien, en essayant de sauver Mme de Rigaldier a été blessé. On le ramène. Arthur a été porté disparu. En réalité, comme on remarquait sa fâcheuse tendance à fuir le combat, on l’a jeté en prison d’où il s’est échappé quand la lutte a été terminée et il s’est arrangé de telle sorte qu’on lui attribue une action d’éclat. C’en est fait. M. Chocard donnera à ce héros la main de Malvina et celle-ci devra obéir...
Il ne reste plus à Valérien et à Malvina que la ressource à la mode en 1830 : l’enlèvement. C’est cet enlèvement que nous montre le troisième acte. Les Trois Glorieuses sont terminées. Nous sommes à Ville-d’Avray où les bons bourgeois de Paris viennent se reposer de tant d’émotion, sur les lauriers de la victoire. Bt l’amour triomphe.

[Extrait du programme original]

Critiques et articles de presse
L'Illustration Critique.
La Vie Parisienne 05/01/1935 Critique par Pierre Dargile.
Excelsior 22/03/1935 Avant-première.
Comoedia 23/03/1935 Article.
Le Matin 24/03/1935 Critique.
Comoedia 25/03/1935 Article.
(suite)
La Presse 26/03/1935 Article par Charles Cuvillier.
Paris Soir 27/03/1935 Critique par Pierre-Octave Ferroud.
L'Echo de Paris 27/03/1935 Critique par Adolphe Boschot.
Excelsior 28/03/1935 Critique par Emile Vuillermoz.
Candide 28/03/1935 Critique.
Le Ménestrel 29/03/1935 Critique par Marcel Belvianes.
Ric et Rac 30/03/1935 Critique par Dominique Sordet.
Cinémonde 04/04/1935 Critique.
La Semaine de Paris 12/04/1935 Critique par Bernard Durieu.
Larousse mensuel 01/05/1935 Critique.
Le Figaro 04/07/1945 Reprise à l'Opéra Comique (juillet 1945). Article par André Warnod.
Le Figaro 10/07/1945 Reprise à l'Opéra Comique (juillet 1945). Article.
Le Matin 10/07/1945 Reprise à l'Opéra Comique (juillet 1945). Article.
Arts 13/07/1945 Reprise à l'Opéra Comique (juillet 1945). Article par MB.
La Dépêche de Paris 13/07/1945 Reprise à l'Opéra Comique (juillet 1945). Article par Max Favalelli.
Arts 20/07/1945 Reprise à l'Opéra Comique (juillet 1945). Article par Hop-Frog.
L'Aube 22/07/1945 Reprise à l'Opéra Comique (juillet 1945). Article par Maurice Brillant.
La Voix de Paris 24/07/1945 Reprise à l'Opéra Comique (juillet 1945). Article par Charles Oulmont.
Opéra 25/07/1945 Reprise à l'Opéra Comique (juillet 1945). Article par Louis Beydts.
Opéra 25/07/1945 Reprise à l'Opéra Comique (juillet 1945). Photo.
Dimanche 29/07/1945 Reprise à l'Opéra Comique (juillet 1945). Article par Serge Moreux.
France Libre 31/07/1945 Reprise à l'Opéra Comique (juillet 1945). Article par Maxime Belliard.
Editions imprimées

(chant-piano sauf mention contraire)

Editeur : Heugel, 1935

Partition complète (280 p.)
Ah ! Si les femmes légitimes
Oui, c'est d'une façon étrange
Oui, le prénom c'est une chose plus grave
Si vous voulez que je vous dise mon sentiment
Livret (160 p.) 1947


Enregistrements après 1945,
disques et radio, documents
Diffusions radio RDF/RTF/ORTF
Date inconnue
Avec : Linval (Monique), Jacquin (Christiane), Betti (Freda), Amade (Raymond), Maurane (Camille), Duvaleix, Paquet (Marguerite), Parat (Germaine) - Dir. Kreder (Jean-Paul)
09/01/1949
Avec : Rolland (Jane), Dachary (Lina), Pifteau (Marguerite), Ristori (Gabrielle), Delimoges (Blanche), Parat (Germaine), Porterat (Maurice), Clément (Willy), Peyron (Joseph), Rousseau (Emile) - Dir. Ellis (Roger)
17/11/1956
Avec : Giraudeau (Jean), Duval (Denise)
05/02/1961
Avec : Dachary (Lina), Collart (Claudine), Régelly (Hélène), Ristori (Gabrielle), Parat (Germaine), Castille (Renée), Levasseur (Jeannette), Jansen (Jacques), Petitjean (Bernard), Bedex (Henri), Lenoty (René), Caron (Michel), Songy (Lisette), Mayer (Marceline) - Dir. Kreder (Jean-Paul)
02/06/1963
Avec : Dachary (Lina), Collart (Claudine), Régelly (Hélène), Ristori (Gabrielle), Parat (Germaine), Castille (Renée), Levasseur (Jeannette), Jansen (Jacques), Petitjean (Bernard), Bedex (Henri), Lenoty (René), Caron (Michel), Songy (Lisette), Mayer (Marceline) - Dir. Kreder (Jean-Paul)
09/02/1964
Avec : Dachary (Lina), Boulangeot (Huguette), Jaro (Emmanuelle), Blanzat (Anne-Marie), Ristori (Gabrielle), Maréchal (Jacqueline), Parat (Germaine), Marier (Jacqueline), Doniat (Aimé), Hamel (Michel), Bedex (Henri), Lenoty (René), Fauché (Michel), Roi (Pierre) - Dir. Cariven (Marcel)
14/10/1965
- Dir. Ellis (Roger)
05/09/1969
Avec : Jansen (Jacques), Peyron (Joseph), Rey (Gaston), Lenoty (René), Dachary (Lina), Collart (Claudine), Martineau (Annette), Maréchal (Jacqueline), Jaro (Emmanuelle) - Dir. Balagna (Francis)
13/05/1973
Cliquez pour lire le document Enregistrement intégral RTF
RTF Radio Lyrique, 24 janvier 1961 (dif. 5 février 1961)
1961

Enregistrements 78T/mn
Par les créateurs au théâtre

 / 
Boléro / BOURDIN (Roger), CAMIA (Renée) (chant)
ODEON 166914 (1935) - Coll. Jacques Gana
acc. orch. du th. de la Gaité Lyrique, dir. Jules Gressier

 / 
Comme on est loin / BOURDIN (Roger), CAMIA (Renée) (chant)
ODEON 166914 (1935)
acc. orch. du th. de la Gaité Lyrique, dir. Jules Gressier

 / 
Connaissez-vous celui que j'aime / CAMIA (Renée) (chant)
ODEON 166916 (1935)
acc. orch. du th. de la Gaité Lyrique, dir. Jules Gressier

 / 
Les Prénoms / CAMIA (Renée) (chant)
ODEON 166916 (1935)
acc. orch. du th. de la Gaité Lyrique, dir. Jules Gressier
Oui c'est une façon étrange / BOURDIN (Roger) (chant)
ODEON 166915 (1935)
Valse des sylphides / BOURDIN (Roger) (chant)
ODEON 166915 (1935)

Site conçu et réalisé par Jacques GANA - Illustrations et enregistrements sonores © leurs éditeurs et ayants droit respectifs